Mission

La Maison Parent-Roback aspire à devenir un centre névralgique incontournable de l’action pour l’amélioration des conditions de vie des femmes, l’exercice de leur droit à la dignité et leur accès à l’égalité.

En ce sens, La Maison Parent-Roback représente une étape stratégique pour le mouvement féministe québécois. Par ailleurs, elle entend également assurer à ses membres un rayonnement accru en leur fournissant les moyens matériels d’exercer leurs activités.

Pour réaliser sa mission, La Maison Parent-Roback s’est fixé des objectifs sociopolitiques ­ par exemple, jouer un rôle plus actif en matière de justice sociale. Elle a également des objectifs socioéconomiques, dont l’un des plus importants est de permettre à ses membres de diminuer leurs coûts d’exploitation.

Objectifs sociopolitiques

La Maison Parent-Roback entend jouer un rôle actif en matière de justice sociale.

Le projet de La Maison Parent-Roback naît au lendemain de la marche « Du pain et des roses » et à l’aube de la Marche mondiale des femmes, dans une période où l’État et le secteur privé redéfinissent leur rôle et retournent vers la société civile l’exercice d’importantes responsabilités collectives.

Le mouvement des femmes joue dès lors un rôle de plus en plus actif en matière de justice sociale, notamment en mettant l’accent sur la mondialisation des solidarités en réponse à la mondialisation de l’économie, et ce, grâce à un réseautage local, national et international.

La synergie engendrée par le regroupement de tous ces organismes-ressources d’envergure nationale et, pour certains, internationale, permet d’accroître la capacité d’action et la portée du mouvement féministe.

La Maison Parent-Roback vise à devenir le point d’ancrage d’une action sociopolitique transformatrice en faveur du respect de la dignité, de l’équité et de l’égalité et contribuer activement au développement dynamique de l’ensemble de la société.

Objectifs socioéconomiques

Alléger les contraintes financières de ses groupes membres constitue l’une des priorités de La Maison Parent-Roback.

Le mouvement des femmes, comme l’ensemble des groupes et organismes communautaires, vit une situation financière précaire. L’énergie consacrée à la recherche de financement affaiblit la capacité d’action et, par conséquent, l’efficacité des groupes ressources.

Les coûts de logement et de fonctionnement, en particulier, ainsi que les frais liés au développement technologique alourdissent leurs contraintes financières.

La Maison Parent-Roback entend réduire ces contraintes par l’accès à la propriété d’un lieu permanent, le contrôle des coûts de logement et la mise en place de services communs. De cette façon, les économies réalisées pourront être redirigées vers les services directs, assurant du même coup un rayonnement accru aux groupes membres.

buy levitra online