Historique

La Maison Parent-Roback, ainsi nommée en hommage à deux célèbres militantes, Madeleine Parent et Léa Roback, réunit sous un même toit onze organismes membres qui ont un but en commun : l’amélioration de la condition des femmes. Madeleine-Parent_Lea-Roback

Fondée en 1997, La Maison Parent-Roback rassemble sous un même toit huit regroupements québécois de groupes de femmes, le Secrétariat de la Marche mondiale des femmes, de même que la seule maison d’édition féministe francophone en Amérique, un centre de documentation en matière de condition féminine et un groupe de recherche faisant le pont entre les groupes de femmes et le milieu universitaire. Ensemble, les douze membres de La Maison Parent-Roback représentent 720 groupes régionaux et leurs actions touchent directement plus de 120 000 personnes annuellement.

La Maison Parent-Roback constitue un centre névralgique incontournable du mouvement des femmes du Québec et de l’intervention en matière de condition féminine. Elle reflète la force collective des groupes de femmes qui, par ce projet audacieux et novateur, cherchent à consolider la société civile féministe.

Le caractère unique de La MPR concourt au renforcement de la solidarité, de l’entraide et de la collaboration entre les groupes féministes et leurs alliées.

La corporation de La Maison Parent-Roback, fondée en avril 1997, est constituée depuis ses débuts de groupes nationaux oeuvrant en promotion de la condition féminine.
Dès 1996, les membres signent une entente avec un groupe de ressources techniques en logement, Bâtir son quartier, qui les accompagna dans les différentes étapes de la réalisation de leur projet.

Après examen de 75 propositions, les groupes jettent leur dévolu sur le 110 de la rue Sainte-Thérèse, une bâtisse du 18e siècle entièrement restaurée au début des années 1990 et à laquelle il ne reste que quelques améliorations locatives à apporter.

Les membres s’installent en juillet 1998 et l’inauguration officielle se déroule en septembre de la même année.

La Maison Parent-Roback est aujourd’hui habitée par l’esprit de courage et de confiance de deux femmes qui ont marqué à tout jamais le mouvement féministe : Madeleine Parent et Léa Roback.

« Cette maison représente plus qu’un simple lieu pour nous. Nous voulons donner au mouvement des femmes un toit pour toutes, une fois pour toutes! Nous voulons que les femmes des générations futures puissent bénéficier d’un outil qui leur permettra d’être libres, audacieuses, créatrices et actives afin que les droits des femmes et de toute personne discriminée soient reconnus et mis en œuvre. Avoir pignon sur rue, c’est dire que nous sommes là pour demeurer, agissantes en faveur d’une transformation sociale marquée du sceau du droit à la justice, au respect, à l’égalité, à l’espoir. » – Céline Martin, présidente, discours d’inauguration, juillet 1998.

La Maison Parent-Roback a un rayonnement international. En effet, plusieurs représentantes de mouvements féministes provenant de différents pays nous visitent régulièrement. C’est aussi dans cette maison qu’ont été accueillies les nombreuses déléguées de la Marche mondiale des femmes en 2000. Le Québec est maintenant devenu un exemple pour plusieurs groupes de femmes à travers le monde. La création d’une telle maison dans leur pays fait maintenant partie de leurs rêves !

>> Pour en savoir plus :

Lacelle, Nicole : Madeleine Parent, Léa Roback. éditions du remue-ménage, 1988

buy levitra online